Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES DIATOS DE LA CAMBUSE

Mon voisin (9).1

7 Mars 2011 , Rédigé par les gaillards Publié dans #organisation

Il prépara son voyage avec soin, compta ses dollars. Il fit sa valise et sa boite a trompette .Il avait obtenu un visa de trois mois auprès de l’ambassade américaine de KHINSASHA.

Il se rendit au port de BOMA et embraqua comme passager sur un porte containers .Le voyage se déroula sans encombre jusqu'à CASABLANCA .La le navire devait faire une escale de douze heures pour décharger et reprendre un lot de containers.

Il était tranquillement en train de nettoyer son instrument sur la passerelle passagers lorsque qu’il entendis les sirènes de la police marocaine et il eu a peine le temps de ranger sa trompette qu’il était embarqué dans un fourgon en compagnie d’une dizaine de noirs africains.

Il eu beau se débattre, se plaindre les policiers lui passèrent les menottes et il fut conduit au commissariat central. Arrivé la il fut mené en cellule en attendant son interrogatoire

Au bout de six heures un policier vint le chercher et le conduisit en salle d’interrogatoire, la on lui raconta que le capitaine du bateau avait trouvé a bord des clandestins et qu’il avait fait appel a la police pour les débarquer. Notre musicien expliqua son histoire et malgré un sérieux doute le fonctionnaire se mit en relation avec le capitaine du bateau. Celui-ci absent a l’arrivée des policiers n’avait pus intervenir mais confirmais bien que notre musicien était en règle .Seulement le bateau avait quitté les quais depuis plus de  six heures et qu’il promettait de renvoyer la valise ses papiers et son argent a BOMA lors de sa prochaine escale.

Le commissaire s’excusa auprès de notre homme l’accompagna jusqu'à la sortie du commissariat, lui rendit sa mallette et un billet de vingt dirham.

Alors que notre trompettiste s’engageait dans le boulevard de SMARA  il fut rejoint par le policier qui l’avait interrogé. Celui-ci lui donna un morceau de papier avec entête de la police sur lequel était inscrit une liste de club et d’hôtel ou il pourrait se présenter pour jouer de la musique.

Ce n’est qu’au neuvième hôtel qu’on l’engagea pour trois mois. En plus des animations il devait le matin nettoyer la piscine et le soir aider en cuisine. Il obtint d’avoir une chambre partagée dans l’annexe de l’hôtel a condition d’aider a préparer les petits déjeunés.

Les journées étaient longues et fatigantes, heureusement le soir quand il sortait sa trompette, toute sa fatigue se dissipait

 .Pour animer les soirées il fallu qu’il apprenne le répertoire des chansons pop européennes ou françaises .En fin de soirée il pouvait jouer des morceaux de jazz américains pour les derniers clients.

Le chef d’orchestre et responsable de l’animation était français, il lui appris a mieux déchiffrer la musique a jouer dans le rythme .il lui parla beaucoup de la France et c’est pour cela qu’il décida d’abandonner son rêve d’Amérique et de venir en europe.

 Seulement, il n’avais plus de papier et malgré es démarches rien n’avançait dans ce sens

Il décida donc qu’a la fin de son contrat il monterait vers le nord et chercherai a traverser le détroit de GIBRALTAR vers l’ESPAGNE         A SUIVRE…..

TROMPETTE2.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

brestmême 08/03/2011 10:53



Quelle est la traduction du texte sur le badge?



les gaillards 08/03/2011 11:04



pOUR LA TROMPETTE LE RESTE N'EST JUSTE QUE DE L'ACCOMPAGNEMENT