Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES DIATOS DE LA CAMBUSE

PORT DE NANTES 2: Petite histoire de roqio

17 Février 2012 , Rédigé par les gaillards Publié dans #LECTURES MARINES

roquio2_.jpg

Histoire qui pourrait bien faire partie d'un roman ou d'un film

texte de Stephane PAJOT journaliste a PRESSE OCEAN

Félibien, l’histoire du vrai roquio nous est contée.

Au fil d’un entretien mouillé, Félibien, le guide virtuel des mystères de Loire-Atlantique, nous embarque à la suite d’un couple mythique du côté de Trentemoult.

Roquio, roquio… ce sont bien ces vieux bateaux à passagers ?
Oui, bien entendu. Le premier fut construit à Chantenay-sur-Loire en 1887 et reliait le quai de la Fosse à Trentemoult.

Mais vous m’avez parlé du mariage d’un dénommé Roquio ?
Exact, je le tiens d’un spécialiste nantais Serge Plat (1), qui en connaît une sacrée tartine sur le sujet. Il a retrouvé la piste d’un personnage qui s’est marié en 1839 et qui porta peu après le sobriquet de Roquio.

Tiens, donc, et qui était cet homme ?
Il est né le 27 août 1790 au village des Landes à Bouguenais, ses parents s’appelaient Julien Moreau et Marie Lucas. En 1837, on le retrouve gardien de bestiaux sur la prairie de la Bourgeoisie, l’actuelle zone commerciale Atout Sud. Il ramasse aussi le crottin pour boucler ses fins de mois, les temps sont durs.

Il vit seul ?
Non justement, il a une amie, Modeste Jasneau avec laquelle il habite village du Goulait Paireau à Rezé. Il vit dans le péché en quelque sorte.
Le maire de Rezé décide alors de lancer une collecte en vue de les aider financièrement à se marier.

Ca paraît incroyable ?
Mais vrai. Plus de 200 personnes vont mettre la main à la poche, m’a certifié mon ami Serge Plat.
Les noces sont célébrées le vendredi 15 juillet 1839. Jean Moreau, 49 ans et Modeste Jasneau, 50 ans, unissent leurs destins à la mairie de Rezé, une cérémonie à l’église suivra le 17 juillet. Avec un pique-nique grandiose, une joyeuse fête champêtre.

Et l’histoire rebondit…
Un an plus tard effectivement, en 1840, les époux galèrent toujours au niveau financier. Un nouvel acte de générosité est organisé le 19 juillet 1840 à l’occasion de l’anniversaire de leur mariage. La population est de la fête. Et la tradition va perdurer chaque année sous l’intitulé « le pèlerinage des époux » puis la « fête des époux Retiaux », selon un article de 1848.

Retiaux et Roquio, c’est là le lien ?
On n’en est pas sûr à cent pour cent mais l’on sait que le surnom de Roquio fut donné à Jean Moreau à la suite d’une assemblée. Le mystère demeure aujourd’hui, la légende se poursuit. En attendant, la fête annuelle prendra des proportions hallucinantes, on comptera jusqu’à vingt mille personnes avec des stands forains, baraques de tirs, mâts de cocagne et montagnes russes. Ce rassemblement va durer jusqu’en 1914. Il disparaît après la Grande Guerre.

Et les petits bateaux ?
Un service de steamers, entre Trentemoult et le quai de la Fosse, est inauguré le 21 août 1887, il a pour nom roquio. Une autre histoire, de nouvelles aventures.

Stéphane Pajot Journaliste a Presse ocean

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article